Et si on vivait la Coupe du Monde féminine de football à l’école ?

Pour la première fois, la Coupe du Monde féminine de football se déroule en France. Pourquoi et comment vivre cet événement à l’école ?

Pourquoi vivre la Coupe du Monde féminine à l’école ?

L’école et les élèves ne sont pas coupés du monde, ils vivent l’actualité sportive au gré des commentaires de leurs proches, à travers la presse sportive ou généraliste. Le football est un sport presque comme les autres… Presque ? Et oui, c’est un jeu comme tous les sports avec lequel les enfants/élèves peuvent acquérir des compétences motrices variées mais surtout unique car c’est le seul sport qui se pratique uniquement avec les pieds. Mais il n’est pas tout à fait comme les autres sports pour plusieurs raisons : sa médiatisation exacerbée (surtout pour sa pratique masculine), les stéréotypes qu’ils véhiculent ou encore ses excès économiques. Pour toutes ses raisons, il est très intéressant de faire vivre le football à l’école pour transmettre aux enfants les valeurs du sport mais aussi pour lutter contre les stéréotypes. La Coupe du Monde féminine de football 2019 est l’occasion parfaite pour faire vivre le football autrement dans les écoles. C’est l’expérience que j’ai mené avec six classes de CM de cinq écoles parisiennes.

,Comment vivre la Coupe du Monde féminine de football à l’école ?

Depuis le mois de février, près de 200 élèves vivent au rythme de cet événement international. Le projet a débuté avec des débats à la suite de l’annonce du projet dans les classes, et des réactions des élèves. Plusieurs questions ont été soulevées : Le football est-il un sport pour tous ? Les filles sont-elles nulles au football ? Puis les élèves ont pratiqué l’activité parfois en mixité, parfois par groupe de niveau, parfois par affinité. Toutes ces modalités permettent une approche différente de l’activité. Enfin, les élèves ont exploré la presse sportive. Ils ont pu constater la différence de traitement entre les sportives et les sportifs. Mais depuis le début de la compétition, la médiatisation a évolué, est inédite pour une compétition féminine. C’est un point qu’ils ont également remarqué.

Depuis le 7 juin, ils vivent au rythme de la compétition, découvrent chaque jour un peu plus l’équipe de France et les autres équipes. Dans certaines écoles, les filles ont organisé dans la cour, leur propre Coupe du Monde ! Le projet se terminera prochainement par la projection du documentaire : « Little Miss Soccer » et la rencontre de leur auteures Candice Prévost et Mélina Moétti pour une ouverture sur le monde autour des femmes qui font le football.

Pour vivre l’ensemble du projet, les enseignants avaient à leur disposition un module e-learning. Parmi l’ensemble des ressources proposées, j’ai créé un quiz accompagné de toutes les ressources nécessaires pour y répondre que je mets à votre disposition.

Lutter contre les stéréotypes dès le plus jeune âge

Les questions soulevées par les élèves de cycle 3 ne sont pas apparues, tout d’un coup. Ces stéréotypes sont ancrés et dès le plus jeune âge. Pour les combattre, il est indispensable, dès la maternelle, de mettre les petites filles et les petits garçons dans des situations leur permettant de développer leurs habiletés motrices, balle au pied, de façon indifférente.

Il est aussi possible de travailler ce sujet à partir de la lecture d’albums de littérature de jeunesse. Personnellement, je vous conseille l’album « On va gagner ! » d’Adèle Rox et Sandrine Lhomme, paru en mai 2019 aux éditions Cache-Cailloux.  Il propose une histoire drôle et touchante aux petits dès 3 ans, une vision originale de l’égalité fille/garçon. Un petit documentaire, à la fin du livre, retrace l’histoire du football féminin, ce qui permet aux parents et aux enseignants d’en apprendre un peu plus sur le sujet, afin de répondre au questionnement des enfants. Ce dernier souligne la lutte menée par les femmes du monde entier pour accéder à ce sport trop longtemps considéré exclusivement masculin. Le livre brise les stéréotypes et les clichés imposés par la société, les filles jouent à la poupée pendant que les garçons font du sport. Ici, papa est à la cuisine et maman au volant, entre autres choses…

Si vous souhaitez plus de renseignements, n’hésitez pas à me contacter :  contact

Sur le même sujet : Comment aborder l’égalité fille/garçon à l’école ?

Little Miss Soccer : Le tour du monde des femmes qui font le foot !

Déborah Sarfati