World Sport Challenge : La naissance d’un projet original…

Pierre Rizo est, dans sa vie professionnelle, est professeur d’Education Physique et Sportive à l’Université Paul Sabatier de Toulouse, spécialiste d’athlétisme, de musculation, de fitness et de préparation physique. Mais il préfère se présenter comme un voyageur, en quête d’aventures humaines et de découvertes.

en 2016, ses réflexions et ses envies l’emmènent à rêver à un projet exceptionnel : découvrir et pratiquer en une olympiade (entre Rio 2016 et Tokyo 2020) 40 sports du programme olympique dans leur pays de référence.

Pierre nous raconte :
Au cours de mes précédents voyages, j’ai remarqué que je rencontrais beaucoup de monde, des locaux souvent, en partageant une activité sportive. Je suis persuadé que les moments vécus à travers le sport sont vecteurs de lien social. Ça favorise l’échange et l’ouverture.
Il continue :
J’avais à cœur de montrer à quel point le sport pouvait casser toutes les barrières et permettait de découvrir de nouvelles cultures. Les échanges vont souvent bien au-delà. On est là dans les valeurs originelles du sport, celles qui nous font aimer le sport : le goût de l’effort, la solidarité, le dépassement, le respect des partenaires et adversaires … et tout ça procure du plaisir et du bien-être.  En regardant les Jeux Olympiques de Rio, je me suis dit que toutes les activités présentes étaient porteuses de ces valeurs. Et pourquoi pas aller les essayer où elles ont une vraie place d’honneur. Là où elles sont le mieux représentées socialement, culturellement ou parfois historiquement. 
Il a donc créé un cadre pour aller au bout de son projet et c’est ainsi que World Sport Challenge est né.

 

Après deux ans d’aventures et de rencontres ….

Après deux ans de voyage, Pierre est à mi-parcours de son aventure.  A ce jour, il a déjà pratiqué 20 sports différents dans 20 lieux différents, de Paris à Séoul, de Sydney à la Havane… Un périple exceptionnel qui laisse déjà dans la vie de Pierre des souvenirs inoubliables.

Pierre nous raconte :

Je ne pouvais pas soupçonner à quel point l’accueil est souvent très chaleureux. Je ne sais pas comment va être la 2ème partie, mais pour l’instant, je trouve facile de s’intégrer dans les groupes d’entraînement.
J’ai bien sur découvert des sports que je n’avais jamais pratiqué. Surtout dans le domaine des arts martiaux où je connaissais rien du tout. J’ai rencontré des gens de tous horizons avec qui je communique encore, et qui suivent mon aventure. C’est infini tout ce que j’ai pu apprendre sur la culture des gens chez qui je suis allé. J’ai passé des moments de vie avec eux, authentiques. Il n’y a pas d’artifice. C’est très peu conventionnel comme voyage. Je n’ai pas de but de découvrir tel ou tel endroit, ce qui est souvent la motivation première des voyageurs. Mon but est de vivre des expériences sportives et donc des expériences de vie. Ce qui m’amène au final à découvrir bien plus sur un pays, plutôt que d’aller sur le spot touristique où tout le monde se rend. Bien sûr, j’y vais aussi de temps en temps. Mais ce n’est pas ça qui m’émeut le plus. Quand je croise des touristes européens à La Havane et qui me demandent si ce n’est pas trop long de rester 10 jours dans la capitale cubaine (pour eux c’est juste une excursion d’un jour), je me dis que, peut être, ils ratent quelque chose et je leur réponds que c’est au contraire bien trop court.

 

Un projet éducatif…

   

Pour Pierre, son projet a aussi une portée éducative. Il nous explique :

C’est un projet qui parle à tout le monde, même si on a peu d’affinité avec le sport. C’est peut-être un projet qui fait rêver d’une certaine manière, et donc qui donne du baume au cœur. On a besoin de voir ça dans un monde qui croule sous les informations souvent négatives.
En terme d’éducation, ce projet met en avant toutes les valeurs dont j’ai parlé plus haut. Et ces valeurs sont éminemment éducatives. Le sport donne des repères sociaux, des repères de vie. 
Au delà du sport, les enfants voyagent à travers ce projet. Ils se rendent compte de toutes les différences qu’il peut y avoir d’une étape à l’autre : au niveau du climat, des paysages, de la langue, des gens, de l’histoire … et c’est toutes ces différences, tout ce mélange qui rendent l’aventure belle et authentique. Et il en ressort toujours que  le partage, le plaisir, l’effort et la joie partagés sont ce qu’il y a d’essentiel. 

 

Alors si vous aussi ce projet vous fait rêver ou si vous souhaitez faire découvrir les cultures du monde au travers de la culture sportive, n’hésitez pas à suivre la suite des aventures de Pierre Rizo sur sa page facebook ou sur son site web : World Sport Challenge

 

Déborah

 

Suivez-moi sur les réseaux sociaux